Accueil

Edito Septembre 2016

  • Imprimer

2015 a été pour la FESS une année de transition. Du fait de la loi de mars 2014 nous pouvions craindre des reculs dans nos statistiques. Certes nous avons connu des difficultés dans certaines de nos organisations mais au global les chiffres du bilan 2015 reflètent une hausse du nombre de sessions réalisées (1402 pour 1311 en 2014), de stagiaires (15072 pour 14401) et de journées (58459 pour 57550).

Le nombre de sessions programmées était lui aussi en augmentation (3261 pour 2989 en 2014) ce qui, dans cette période de flou dû à la mise en place du fond paritaire, était un signe fort et ambitieux de la part des organisations CGT.

En faisant état de ce bilan plutôt encourageant, le pôle confédéral de la formation syndicale ne minimise surtout pas les difficultés et incertitudes vécues par et pour les camarades du secteur privé.   Il nous faudra attendre la fin de cette année pour vérifier si cette dynamique est ancrée dans toute la CGT.

Dans sa résolution N° 1 le 51éme congrès a réaffirmé l’absolue nécessité de déployer   la formation syndicale pour être en mesure de « proposer une formation à chaque syndiqué tout au long de son parcours et de sa vie syndicale ». L’objectif minimum étant pour chaque syndiqué la FANS et le niveau 1.

 Il appartient à nos organisations interprofessionnelles « d’assurer » le tronc commun « être acteur toute sa vie » tandis que toutes les organisations ont à répondre aux besoins de formation sur l’accompagnement au mandat et à la responsabilité. Soulignons, dans cette résolution, la décision de « faire de la formation un outil et un vecteur de la syndicalisation en permettant aux salariés de découvrir la CGT, son histoire, ses valeurs, ses fondements, ses orientations et ses revendications ».  

Cela demande de l’imagination et de la créativité pédagogique, un projet intéressant et motivant pour les responsables de formation et les formateurs que nous sommes.

D’ores et déjà nous pouvons intégrer ces décisions de congrès dans nos plans de formations 2017 qu’il devient urgent de communiquer au pôle confédéral.

Face aux oukases patronaux et gouvernementaux, à  leur déclinaison en lois et décrets dont il faut combattre l’application sur chaque lieu de travail et surtout face aux besoins de réponses revendicatives,  la formation syndicale CGT est le meilleur outil pour gagner en efficacité.     

Alain Pilloux