Accueil

Journées d'études de novembre 2016

Les 2 et 3 novembre dernier le collectif confédéral de la formation syndicale se réunissait pour deux journées d’études dont le thème était  « De l’éducation ouvrière à la formation syndicale CGT : évolutions de nos orientations et de nos pratiques »

Trois parties constituaient ces deux journées de réflexion.

Lors d’une première table ronde,Didier Niel et Jacques Thibault sont revenus sur les grandes étapes de l’histoire qu’il est indispensable de connaitre pour être en mesure de continuer à façonner la formation syndicale, comme un outil incontournable de la visée de transformation sociale que nous portons.

Nous avons fêté les 120 ans de la CGT en 2015, et cela nous a amené à regarder la richesse de notre histoire, des femmes et des hommes qui l’ont construite. Dans cette histoire, la formation, a tenu une place essentielle, elle est au cœur de cette aventure humaine, et ce dès la création des bourses du travail, puis de la CGT…

PELOUTIER veut donner à l’ouvrier « la science de son malheur », c’est d’abord lui faire comprendre que ce malheur s’inscrit dans une histoire.

La deuxième partie s’intéressait à la manière dont les autres organisations organisent leur propre système de formation ? Quelles ont été les évolutions dans l’histoire de la formation syndicale ? Quels sont les publics principalement ciblés pour la formation ? Quel projet les autres confédérations portent-elles au travers de leur formation ? Autant de questions qui ont animé notre réflexion.
Une intervention de Sophie Beroud, chercheuse au laboratoire Triangle de l’université Lyon 2, nous a apportés des précisions à ce sujet, en focalisant sa présentation sur FO et la CFDT.

La dernière table ronde réunissait Grégory Roux (membre du Bureau Confédéral), Isabelle Godard (membre de la CFC), Jacques Ambroise (secrétaire général de l’UD du Calvados), Francine Desnos (secrétaire générale du Comité régional des Pays de la Loire).

Le débat portait sur la mise en œuvre des orientations votées au 51ème congrès confédéral.

Il a permis de souligner la nécessité de multiplier le nombre de nos formateurs pour se mettre en capacité partout de développer la formation syndicale.

 

Un compte rendu de ces deux journées de réflexion est  publié dans un numéro spécial du Peuple à paraître courant décembre.